Au revoir Boss!

  • Par Pascal Lapointe
  • 5 octobre 2021
Au revoir Boss!

Plusieurs évènements marquent significativement notre vie. La naissance d’un premier enfant vient, sans doute, en tête de liste. Laisser le confort d’un job assuré à vie pour devenir entrepreneur ne vient pas loin derrière. Voici l’histoire de Réjean qui a décidé de dire « Bye Bye Boss ».

Un rêve d’enfance

Depuis son enfance, Réjean s’amuse avec un fer à souder à réparer foule de petits objets dans la maison. Rapidement, deux de ses amis, Paul et Étienne ont partagé sa passion, si on peut dire.

Maintenant âge de 35 ans, marié, père de deux enfants, Réjean travaille comme soudeur pour la Société de transport de Montréal. Lors d’une rencontre amicale, les trois amis concrétisent le projet de fonder une entreprise, « Les soudures des Laurentides ». Paul agirait au niveau marketing et vente, Étienne, gestion administrative et Réjean, des opérations. Grâce à son expertise à la STM, Étienne avait identifié quelques clients prêts à faire affaire avec lui.

Bien faire les choses

Les trois amis consultent un avocat pour préparer une incorporation et une convention entre associés. Un local est loué, les maisons données en garantie à la banque pour obtenir une marge de crédit, l’équipement est acheté grâce à un prêt bancaire, les premiers clients signés…tout va bon train.

Le premier pépin survient

Après un an de travail, Paul fait un accident cardio-vasculaire et ne pourra plus travailler pour le reste de sa vie. La convention entre associés prévoit que les deux autres associés doivent racheter ses actions. D’où viendra l’argent pour le faire? Fin d’un beau rêve?

Partir en affaires tout en se protégeant ainsi que sa famille

La convention entre associés vise à définir les rôles, obligations et surtout les responsabilités de chacun des associés les uns envers les autres.

Après l’avocat et possiblement le comptable, le conseiller financier vous prodiguera de précieux conseils pour minimiser les conséquences financières de certains évènements.

Assurance rachat de parts

Vous pouvez souscrire une assurance rachat de parts en cas d’invalidité totale ou de décès d’un des associés qui financera cette opération. Un montant forfaitaire sera versé à l’entreprise si un des associés devient invalide ou décède.

Ce type de police aide à financer les situations de rachat d’un associé comme stipulé à la convention. Ainsi les fonds propres de l’entreprise et des associés seront peu ou pas mis à contribution.

Assurance sur les associés

Indépendamment de la situation décrite au paragraphe précédent et même s’il n’y a pas de clause de rachat de part prévue à la convention, l’entreprise peut prendre une assurance « sur la tête des associés ».

Si un des associés décède ou devient invalide pour une longue période de temps, son absence causera des problèmes importants à l’entreprise. Celle-ci peut souscrire, pour son bénéfice, des assurances vie et/ou des assurances invalidités et/ou des assurances maladie graves sur la tête de ses associés. Le bénéfice sera versé à l’entreprise.

Cette rentrée de fonds vise à aider l’entreprise à se relever de cet évènement majeur.

Assurance dettes

Si un employé clé, un associé ou un propriétaire devient invalide pour une importante période de temps, est diagnostiqué d’une maladie grave ou décède, l’entreprise subira les contrecoups de cette situation.

L’assurance prêts aux entreprises couvrira les versements sur les prêts ou marges de crédit assurés. Elle permet ainsi de protéger les assurances personnelles des associés, diminue les problèmes de liquidités et facilite la poursuite normale des activités des entreprises.

Votre conseiller peut aussi vous aider, en cette période de rareté de main d’œuvre, à attirer et à fidéliser de nouveaux employés.

Vous partez en affaires, appelez un de nos conseillers financiers. Il en va de la sécurité de votre entreprise, de la vôtre, de votre patrimoine et de votre famille.

  • employés clés
  • assurance dette
  • rachat de parts
  • associés